FIL D'ACTUALITÉS
Le 20 février 2014
Paludisme : un nouveau concept pour éliminer les rechutes

Dans certains cas de paludisme, une fraction des parasites hépatiques reste « dormante » pendant un an ou plus. La stratégie « Wake & Kill » associe une molécule capable de réveiller le parasite dormant à un des nombreux médicaments efficaces sur le parasite en cours de multiplication.

Après la piqûre d’un moustique infecté, le parasite responsable du paludisme gagne le foie où il se multiplie. Ensuite, il se propage dans le sang où sa prolifération provoquera une maladie potentiellement mortelle. Dans certains cas, dont celui du parasite Plasmodium vivax chez l’homme, une fraction des parasites hépatiques peut rester « dormante » un an ou plus, d’où leur nom d’hypnozoïte. Ensuite ceux-ci se « réveillent » au cours du temps et provoquent une ré-infection sanguine.

L’hypnozoïte représente, dans le cadre du contrôle/élimination du paludisme, une double difficulté : un plus grand nombre de cas à traiter et une transmission accrue. Malheureusement la primaquine (et son équivalent récemment développé, la tafénoquine), seuls médicaments capables de tuer les hypnozoïtes, ont des effets indésirables parfois graves pour l’organisme. C’est pourquoi l’identification de molécules sûres pour les remplacer constitue une urgence de santé publique.

Une équipe internationale de recherche a d’abord réussi à maintenir en culture des cellules hépatiques infectées jusqu’à 40 jours, soit près de quatre fois plus longtemps que ce qui est généralement obtenu. Elle a ensuite montré la persistance des formes dormantes tout au long de la culture, certaines se réveillant au fil du temps, mimant ainsi ce qui se passe chez l’homme. Elle a également testé sur ces hypnozoïtes de nouvelles molécules inhibitrices des facteurs épigénétiques qui ciblent des méthyltransférases d’histones, capables de tuer la forme sanguine du parasite (découvertes à  l’Institut Pasteur, Paris). Paradoxalement, l’une d’entre elles induisait le réveil des hypnozoïtes.

Ce résultat inattendu a amené l’équipe à formuler une nouvelle stratégie: « Wake & Kill » consistant à associer une molécule capable de réveiller le parasite dormant à un des nombreux traitements disponibles et qui a fait ses preuves d’efficacité sur le parasite en cours de multiplication. Il est désormais possible de cribler in vitro des médicaments pour leur effet anti-hypnozoïte, limitant ainsi le recours aux animaux. En outre, la possibilité de cultiver des hypnozoïtes va enfin permettre aux scientifiques d’étudier cette forme parasitaire énigmatique décrite 100 ans après la découverte de l’agent du paludisme par Laveran en 1880.

 

Persistence and activation of malaria hypnozoites in long-term primary hepatocyte cultures


Speciality

radio ifm diabeto
radio ifm cardio
radio ifm
vidéos
9e Congrès Francophone d'Allergologie
CFA 2014 - La rhinite allergique avec le Pr Pascal Demoly
Congrés
European Society for the Study of Diabetes 2014
EASD Live : Journal vidéo en direct (1er jour)
Débat
European Society for the Study of Diabetes 2014
Place des antagonistes du SGLT-2 dans le diabète de type 2